Cultiver, conditionner,
mettre en marché :
les 3 activités de la coopérative

Les légumes frais ne sont pas des produits comme les autres : les producteurs aiment à dire qu’ils travaillent « sur du vivant ». Cela nécessite une implication forte en production bien sûr, mais aussi dans le conditionnement et la mise en marché.

La culture des légumes frais : une agriculture de précision

Le choix de l’assolement sur une exploitation relève des choix individuels des producteurs. Les « commissions produits » de la SICA, présidées par des producteurs élus, permettent aux adhérents d’échanger sur les résultats des stations expérimentales, les données du service marketing… Chefs d’entreprise, les producteurs de la SICA font ainsi leurs choix en connaissant les enjeux techniques de la culture concernée, les cahiers des charges et les perspectives de marchés. 

La production de légumes frais a la particularité d’exiger un grand travail manuel. Les modes de production sont très différents d’une espèce à l’autre, mais tous les légumes sont récoltés un à un à la main.

L’autre particularité de la production est bien sûr la saisonnalité des légumes et la dépendance aux conditions météorologiques. Les producteurs font le maximum pour répartir leurs récoltes dans le temps, afin de répondre à la demande des marchés et aux disponibilités en temps de travail. Mais la culture du légume de plein champ reste toujours liée aux aléas climatiques, ce qui implique disponibilité et réactivité. 

Enfin, les légumes frais doivent être récoltés à juste maturité et vendus au plus vite pour préserver leur qualité et leur fraîcheur. La nature du produit impose une grande réactivité au niveau de la mise en marché.

Le conditionnement : l’exigence de la fraîcheur

Les légumes frais sont récoltés et livrés le jour-même en station pour y être contrôlés et rassemblés avant l’expédition. Certains produits comme le chou-fleur sont parés et mis en colis directement au champ par le producteur. D’autres sont conditionnés à la station qui, selon la nature du produit, réalise un travail de calibrage, de filmage ou de mise en barquette.

80% des légumes frais récoltés par les producteurs de la coopérative sont centralisés à la station de Vilar Gren (Saint-Pol-de-Léon). Celle-ci est ainsi le centre névralgique du contrôle de la qualité des produits livrés par le producteur, du respect des cahiers des charges et des règles de traçabilité. Voir aussi : Vilar Gren, outil collectif de la ccopérative

La mise en marché : réactivité, transparence et équité

La commercialisation des légumes est assurée par 80 négociants conventionnés.
Comment leur attribuer les volumes produits, comment fixer les prix ? C’est l’objet de la mise en marché. 
Elle est assurée principalement par le marché au cadran, une vente aux enchères qui permet de fixer chaque jour le prix des légumes sur les bases de la confrontation entre l’offre et la demande. 
Les négociants achètent au marché au cadran et assurent la commercialisation des légumes auprès des grossistes et distributeurs, en France ou à l’étranger. Ils apportent leur puissance, leur souplesse et leur connaissance des différents marchés. Les légumes sont vendus sous la marque Prince de Bretagne.

En complément du marché au cadran, d’autres dispositifs ont été développés au fil du temps pour s’adapter aux produits et aux attentes des clients. 

  • Le bureau de vente propose aux négociants des produits en phase de lancement ou dont les volumes sont limités. Il permet davantage d’échanges avec les négociants.
  • La vente à terme concerne certains légumes de la gamme. Volumes et prix sont fixés sur une période donnée, le plus souvent la semaine mais aussi la saison. Elle permet aux négociants de répondre à des demandes d’engagement de distributeurs (promotions), tout en choisissant la présentation du produit. Elle permet aussi de fidéliser les clients.
  • Des contrats sont établis avec des usines de transformation (surgélation, conserve) pour certains légumes comme le chou-fleur. Ces contrats à l’année permettent de soulager le marché du frais en période de forte production. D’autres contrats concernent les salades, produits spécifiques destinés aux usines de 4eme gamme pour la réalisation de salades prêtes à l’emploi, conditionnées en sachets.