Défendre un prix juste pour le producteur

L’engagement premier de la SICA de Saint-Pol-de-Léon est de défendre un prix juste pour ses adhérents.
C’est même cet engagement qui est à l’origine de sa création.

Quand les producteurs, conduits par Alexis Gourvennec, ont créé la SICA en 1961, l’objectif était d’imposer le marché au cadran pour assurer des relations saines et équitables avec les expéditeurs. Avant l’arrivée du cadran, rappelons que les producteurs et négociants se retrouvaient sur la place du marché et les prix étaient fixés de gré à gré après de longues négociations, bien souvent en défaveur des producteurs. Mais les producteurs ont pris leur destin en main : ils se sont regroupés pour s’investir dans la mise en place de règles de production, de mise en marché, de promotion des ventes. Le Cerafel, Comité économique régional issu de ces réflexions, deviendra d’ailleurs un modèle pour l’organisation des marchés des fruits et légumes en France.

Regrouper l’offre

Le principe est donc de regrouper les récoltes pour peser sur le marché et mieux défendre le revenu des producteurs. Le marché au cadran est le symbole de cette défense des intérêts des adhérents. Il confronte, chaque jour, l’offre des producteurs et la demande des négociants avec transparence des prix et équité. La commercialisation est ensuite assurée par les négociants-expéditeurs qui apportent à leurs clients (grossistes, centrales de grande distribution…) leur savoir-faire commercial, leur connaissance des différents marchés… À noter que le marché au cadran est devenu régional et synchronisé avec celui des Maraîchers d’Armor.

70% des volumes de légumes
vendus au cadran

Le volume de légumes
vendu au cadran