Logo Sica








Productions de légumes de la Sica de Saint-Pol-de-Léon

Accueil » Notre histoire » L´aventure des Johnnies

L´aventure des Johnnies



L’exportation de légumes bretons vers l’Angleterre est attestée depuis le XIVe siècle. Mais la légende fixe à 1828 le départ de l’aventure des « Johnnies ». Cette année-là, Henri Ollivier, agriculteur de Roscoff, décide de charger ses oignons sur une gabarre pour aller les vendre en Angleterre. L’oignon rosé de Roscoff, doux et parfumé, séduit les ménagères britanniques : c’est un succès ! Henri Ollivier fera de nombreux émules, et c’est alors toute une économie qui s’organise. Les oignons sont semés à l'automne puis repiqués dès le début du printemps pour être récoltés en juillet et chargés vers le Royaume Uni, où les agriculteurs vont se faire vendeurs tout au long de l’hiver. Arrivés en Angleterre, au Pays de Galles ou en Écosse, ils louent un entrepôt ou une grange où ils stockent leurs oignons ; ils y préparent des tresses qu’ils vont vendre au porte-à-porte.

Des « bell-breackers » aux « onion Johnnies »

Les ménagères anglaises les qualifient parfois de « bell-breackers » (briseurs de sonnettes), mais leur réservent un bon accueil. Touchées par le jeune âge des vendeurs (bien souvent, les enfants sont du voyage et mettent la main à la pâte), elles les appellent « John, Johnny, onion Johnny ». Les marchands d’oignons adoptent ce nom, se présentent comme les Johnnies, et bretonnisent même l’appellation « ar Johnniged ».

Une activité économique majeure

L’activité se développe : les Johnnies sont organisés en compagnies de plusieurs hommes, des tresseurs et des vendeurs, dirigés par un « master ».
Un drame marque en 1905 l’aventure des Johnnies : le naufrage du steamer Hilda, à Saint-Malo, coûte la vie à 70 d’entre eux.
La guerre de 1914-1918 freine l’expansion de cette activité, qui reprend ensuite pour atteindre son apogée en 1929, avec plus de 9 000 tonnes d’oignons exportées par 1 370 Johnnies !
Après 1970, l’activité a rapidement décliné, vaincue par des méthodes de vente plus modernes. Vaincue ? pas tout à fait : il subsiste encore quelques Johnnies, qui portent haut la tradition !

 

Tresse d’oignons de Roscoff Prince de Bretagne

Tresse d’oignons de Roscoff Prince de Bretagne

Les producteurs de la Sica ont donné une nouvelle vie à ce fameux oignon, qui a obtenu l’AOC en 2009 : ils ont développé la commercialisation de petites tresses, adaptées au marché d’aujourd[hui, de très haute qualité de présentation et de conservation.

Voir notre page consacrée à l’oignon de Roscoff.

 

 

Fête de l’oignon rosé à Roscoff

Fête de l’oignon rosé à Roscoff

Le stand de l’association “Tud ar Johnniged” à la fête de l’oignon rosé à Roscoff, chaque année le dernier dimanche d’août.


Chargement des oignons au port de Roscoff

Chargement des oignons au port de Roscoff

Le chargement des oignons au port de Roscoff.


Maison des Johnnies

Maison des Johnnies

Les Johnnies ont aujourd’hui leur musée : La Maison des Johnnies, 48, rue Brizeux à Roscoff.